Entretien d'embauche : les 10 questions les plus courantes

Entretien d'embauche : les 10 questions les plus courantes

Avant de rencontrer un recruteur, les candidats sont souvent dans l'expectative, se demandant quelles questions leur seront posées durant l'entretien. Pour limiter votre stress et être en mesure de préparer les bonnes réponses, nous avons sélectionné les 10 questions les plus courantes durant un entretien d’embauche.


1. Pouvez-vous vous présenter ?


C'est LA question en entretien d'embauche à laquelle vous ne pourrez pas échapper. Posée dès le début, elle vise à évaluer votre personnalité, votre façon d'argumenter ainsi que vos éventuelles soft skills. Il est primordial de vous préparer à cette question car une réponse brouillonne peut donner une mauvaise impression d'entrée.
Le mieux est d'apporter une réponse concise et concrète, notamment en dressant les grandes lignes de votre parcours (dernier diplôme obtenu et principales expériences professionnelles) et en abordant brièvement votre projet professionnel et les raisons qui vous amènent à postuler.


2. Que savez-vous de l’entreprise ?


Cette question est très courante lors d'un entretien d'embauche et sert à déterminer votre niveau d'implication et votre intérêt pour le poste. Si vous ne savez pas quoi répondre, ce sera généralement le signe que l’emploi ne vous intéresse pas plus que ça.
Lors de la préparation de cette rencontre, il est donc important de réaliser des recherches sur l’entreprise. L'idéal est de connaître la nature de son activité, ses principaux clients, son actualité, sa philosophie (formelle, décontractée, etc.) ainsi que le parcours du recruteur que vous rencontrez. Attention cependant à ne pas trop en faire pour ne pas tomber dans la flagornerie.


3. Pourquoi ce poste vous intéresse-t-il ?


C'est une nouvelle question piège de l'entretien d'embauche car elle permet de savoir si votre projet professionnel s'inscrit dans la durée et si votre compréhension du poste est en adéquation avec la réalité. L'enjeu ? Votre réponse doit être cohérente par rapport à l'offre de mission.
Pour répondre correctement, vous devez donc avoir épluché l'annonce afin d'en comprendre la nature réelle. Cela vous permettra d'expliquer pourquoi vos compétences et votre profil correspondent parfaitement à la mission proposée.


4. Pourquoi souhaitez-vous quitter votre emploi actuel ?


Cette question couramment posée par le recruteur est d'une importance cruciale car elle s'attache à déterminer votre niveau de fiabilité. Si vous critiquez ouvertement votre employeur actuel ou passé, cela risque de vous donner une mauvaise image. En effet, qu'allez-vous dire de l'entreprise si elle vous embauche ?
Plutôt que de dénigrer votre précédent emploi, tâchez de rester toujours positif. Un changement de poste peut en effet être une occasion de donner un nouveau souffle à sa carrière professionnelle, d'évoluer ou même de voir de nouvelles choses. À vous de trouver une raison favorable à ce changement.


5. Pouvez-vous parler d’une réalisation dont vous êtes fier ?


À travers cette question, le recruteur veut en savoir davantage sur ce que vous avez réalisé durant votre parcours professionnel. C'est aussi un moyen d'évaluer votre personnalité et votre capacité à parler de vos qualités. Votre réponse est importante car si vous ne savez pas quoi dire, l’employeur pourra penser que vous n’êtes pas fier de votre travail.
Si mentir sur son CV est une mauvaise idée, c'est encore plus vrai en entretien. Vous devez donc être honnête et savoir aborder vos réussites et vos axes d'amélioration avec objectivité. N'hésitez pas d'ailleurs à dire pourquoi vous êtes fier d'un projet en particulier, notamment car vous avez apprécié travailler en équipe, vous dépasser ou faire preuve de créativité par exemple. N’oubliez pas cependant qu’il faut avant tout être concret dans votre réponse (gain d’un client, amélioration du chiffre d’affaires, etc.).


6. Quel est votre principal défaut ?


Cette question est vraiment à double tranchant. En fonction de votre réponse, le recruteur pourra avoir l’impression que vous n’êtes pas objectif (« Je suis très exigeant ») ou que vous n’êtes pas un candidat approprié (« Je suis flemmard »). Pour ne pas commettre d’erreur, le mieux reste de préparer votre réponse à une telle interrogation. Cette dernière pourra d’ailleurs prendre d’autres formes comme « Quel reproche vos collègues vous font ? » par exemple.
Plutôt que de choisir une qualité déguisée, vous devez donc sélectionner un vrai défaut, mais qui n’est pas rédhibitoire. L’autorité, la timidité, le côté émotif, le besoin de tout contrôler... autant de « petits défauts » que vous pouvez facilement concéder, sans pour autant que cela ne vous porte préjudice.


7. Pourquoi devrais-je vous choisir pour le poste ?


Bien qu’elle paraisse anodine, il s’agit bien d’une question piège en entretien d’embauche. Lorsque le recruteur vous la pose, il a généralement deux objectifs en tête : s'assurer que vous avez bien compris la nature du poste et tester votre personnalité. Gardez d’ailleurs à l’esprit que l’arrogance et la prétention sont très mal perçues sur le marché de la recherche d’emploi. Même si vous devez être confiant, il ne faut pas trop en faire non plus.
Pour une réponse efficace, il est important de rester honnête et objectif. Appuyez-vous sur vos qualités et sur des éléments concrets pour élaborer votre argumentaire. Votre motivation (que vos précédentes réalisations prouvent), vos compétences (acquises lors de vos autres emplois) ou votre niveau d'expertise (illustré par les différents projets menés) vous permettent de vous justifier.


8. Quelles sont vos prétentions salariales ?


Les différences de perception sur la rémunération, c'est l'une des tendances du recrutement en 2020. Tandis que 8 employeurs sur 10 estiment bien payer leurs employés, ces derniers ne sont que 31 % à partager cet avis. Mais bien qu’elle soit redoutée par les candidats, cette question n’est pas véritablement piège. Elle vise simplement à vérifier que vous n’êtes pas déconnecté de la réalité et que vous savez vous estimer à votre juste valeur.
L’idée n’est pas de se brader ou d’avancer un chiffre mirobolant. Le mieux reste encore de donner une fourchette de salaire en la justifiant grâce à votre profil, vos expériences, vos compétences et votre salaire actuel. Cette fourchette pourra d’ailleurs être plus ou moins large afin de tenir compte de tous les à-côtés (prime, part variable, 13ème mois, congé payés, RTT, etc.).


9. Quels sont vos centres d’intérêt ?


Cette question pourra généralement être posée afin que l’entretien prenne une tournure plus informelle. Pour le recruteur, c'est une façon de détendre le candidat et de voir la façon dont il s'exprime quand il parle d'un sujet qui lui tient à cœur. Libéré du stress, vous pouvez en effet plus facilement révéler votre personnalité.
En la matière, aucun artifice n'est permis. Vous devez simplement exposer les activités extra-professionnelles qui vous passionnent et, dans l'idéal, parler de celles qui ont un intérêt pour le poste. À titre d'exemple, une pratique sportive pourra illustrer votre détermination, tandis qu'une appartenance à une association caritative soulignera votre engagement.


10. Avez-vous des questions ?


Loin d'être anecdotique, cette ultime question permet au recruteur de savoir si vous êtes réellement intéressé par le poste. Pourquoi ? Tout simplement car elle souligne le fait que vous avez des interrogations et des attentes sur la mission. Il est donc impossible de répondre par la négative.
Efforcez-vous de poser des questions pertinentes et dont vous ne pouvez pas avoir la réponse autrement. À titre d'exemple, demander le chiffre d'affaires ou le nombre d'employés ne présente pas réellement d'intérêt. A contrario, posez des questions sur l'environnement de travail, sur les clients que vous devrez gérer, sur vos futurs collègues ou sur les projets en cours. C’est une façon de prouver votre volonté de rejoindre l’entreprise.