Parler de ses centres d’intérêt sur son CV : le mode d’emploi

Parler de ses centres d’intérêt sur son CV : le mode d’emploi

Parler de ses centres d'intérêt sur son CV, c'est une arme à double tranchant. Si vos passions peuvent vous permettre de vous démarquer des autres candidats, elles peuvent également rebuter le recruteur. Faut-il mettre ses hobbies sur le CV ? Quels centres d’intérêt mettre en avant ? Quels sont les loisirs à éviter ? Autant de questions auxquelles notre guide vous apporte les réponses.


Pourquoi parler de ses centres d’intérêt sur son CV ?


Qu'elle soit intitulée « Centres d'intérêt », « Loisirs » ou même « Hobbies », la rubrique parlant de vos passions est bien souvent indispensable sur un CV. Regroupant toutes vos activités extra-professionnelles, elle peut constituer une vraie arme pour votre candidature, tout particulièrement dans le cas d’un CV étudiant manquant d’expérience. Il faut dire que les centres d'intérêt offrent plusieurs avantages indéniables.


-> Un avant-goût de votre savoir-être : si les compétences et le niveau de formation sont déterminants dans le processus de recrutement, les employeurs tiennent également compte de vos compétences comportementales désormais, aussi appelées soft skills sur le CV. D’où l’intérêt de parler de ses loisirs et de ses passions afin d’en dévoiler davantage sur votre personnalité.
-> Un outil de différenciation : les centres d'intérêt sur votre CV peuvent également vous permettre de vous démarquer des autres candidats, tout particulièrement si vos candidatures sont à compétences égales. Une passion en lien avec l’activité de l’entreprise ou qui révèle des compétences particulières peut dont être utile pour faire la différence.
-> La création d’une proximité : le recruteur peut également être sensible aux centres d’intérêts présentés dans votre CV, notamment car il a la même activité extra-professionnelle ou qu’il la valorise. Cela permettra de donner un ton plus amical à l'entretien, simplifiant l'échange.


Quels centres d’intérêt mettre sur son CV ?


Vous le savez certainement, tous les loisirs ne se valent pas sur le CV. Pour que l’information soit utile à votre candidature, il ne faut sélectionner que les centres d’intérêt pertinents et, si possible, qui ont un lien avec l’activité de l’entreprise. Pour savoir quels centres d’intérêt mettre dans votre CV, retrouvez une liste non-exhaustive des activités les plus intéressantes.


-> Les loisirs culturels : ils témoignent généralement de votre ouverture d'esprit et de votre intérêt pour le monde. C'est le cas notamment de la peinture, de l'écriture, de la sculpture ou encore des voyages.
-> Les loisirs artistiques : il s’agit des activités que vous n'appréciez pas seulement suivre, mais que vous exercez également. Ils sont une preuve de votre créativité et de votre implication, à l'image de la pratique d'un instrument de musique, de la participation à un cours dessin, de la pratique du théâtre ou encore de la photographie.
-> Les activités sportives : le rugby, le tennis, le football, la course à pied… autant de disciplines qui illustrent votre sens de l’investissement et éventuellement votre esprit d’équipe. Ils témoignent également de votre capacité à vous dépasser, tout particulièrement si vous les pratiquez en compétition.
-> Les engagements : être membre d'une association caritative peut également être utile sur votre CV, notamment pour démontrer votre engagement. La défense de l’environnement, la distribution de repas, l’aide aux sans-abris, le don du sang, le bénévolat… autant d’activités qui peuvent vous permettre de vous démarquer.


Quels centres d’intérêt éviter sur le CV ?


Certains centres d'intérêt sont considérés comme des informations à ne pas mettre sur un CV. Pourquoi ? Tout simplement car ils peuvent véhiculer une mauvaise image de vous. Vous devez donc éviter tous les centres d'intérêt qui ont mauvaise réputation, qui ne font pas l'unanimité ou qui ne sont pas pertinents. À défaut de lister tous les loisirs à bannir de votre candidature, retrouvez plusieurs exemples de ceux qu’il est préférable de mettre de côté :
-> une appartenance à un parti politique ou à un syndicat ;
-> une passion pour les jeux d'argent, tel que le poker ou le black jack ;
-> une pratique souvent jugée « inhumaine », comme la chasse ou la corrida ;
-> les disciplines considérées comme violentes, comme le MMA par exemple ;
-> une croyance religieuse ou philosophique ;
-> les centres d'intérêt inutiles dans le cadre professionnel (Scrabble, scrapbooking, mots-croisés, etc.).


Que faire si vous n'avez pas de centres d'intérêt ?


Si la rubrique loisirs peut être utile sur un CV, elle n'est cependant pas obligatoire. Conséquences ? Si vous n'avez pas de centres d'intérêt particuliers ou qui apportent une valeur ajoutée à votre candidature, le mieux reste encore de ne pas intégrer cette section.
Dans la mesure où mentir sur son CV est une fausse bonne idée, évitez de vous inventer des loisirs ou des passions car le recruteur risque de s'en apercevoir lors de votre entretien. Et s'il le fait, vous pouvez dire adieu à vos chances d'être embauché. Pensez également à élaborer un argumentaire expliquant pourquoi vous n'avez pas parlé de vos centres d'intérêt sur votre CV, de façon à être préparé si l'employeur vous en fait la remarque.


Vous avez besoin d’aide pour parler de vos centres d’intérêt ? En créant votre CV en ligne sur ExpressCV, vous profitez de nombreux outils pour simplifier la rédaction de votre candidature : modèles de CV par secteur d’activité, conseils professionnels, éditeur en ligne et bien plus encore !