Les tendances du recrutement en 2020

Les tendances du recrutement en 2020

Et si 2020 était l'année idéale pour refaire son CV, changer d'emploi et découvrir de nouveaux horizons ? À en croire les résultats d’une étude réalisée par Hays et HelloWork, tous les voyants sont au vert pour quitter son entreprise et postuler ailleurs. Intentions de départ, prévisions d’embauche, niveaux de rémunération et fidélité à l’entreprise : découvrez toutes les grandes tendances du recrutement pour 2020.


Les Français veulent changer d’emploi en 2020


L'année 2019 n'aura pas été propice à la découverte de nouveaux horizons : seulement 20 % des actifs ont changé d'emploi contre 33 % en 2018. C'est l'enquête « Etude de rémunération nationale 2020 », réalisée par le réseau de recrutement Hays et HelloWork, qui nous l'apprend (1). Avec plus de 1 500 personnes interrogées, issues de 25 secteurs d'activité, l'enquête dresse les grandes tendances nationales du recrutement pour 2020. Si peu de travailleurs français ont quitté leur emploi en 2019, ils sont plus nombreux que jamais à envisager de le faire d'ici les 12 prochains mois (87 % contre 79 % en 2018). À ce titre, ce sont bien les petites et moyennes entreprises qui devraient animer le marché de la recherche d'emploi en 2020. Pourquoi ? Tout simplement car 54 % des répondants privilégient les TPE, les PME et les PMI, contre seulement 20 % préférant postuler au sein d’un grand groupe.


Côté employeur, on est également confiant en ce qui concerne les recrutements en 2020. Pour preuve, plus de 8 employeurs sur 10 envisagent déjà de recruter de nouveaux collaborateurs dans les 12 prochains mois. Une bonne nouvelle pour les candidats – qu’ils aient déjà un travail ou non – qui devrait les inciter à actualiser leur candidature en suivant les tendances d'un bon CV en 2020. Les déclarations des entreprises se confirment d'ailleurs dans les faits puisqu'elles sont 96 % à avoir embauché de nouvelles personnes en 2019. Les causes principales ? Un remplacement suite à une démission ou un licenciement (pour 75 % des employeurs), un accroissement de l'activité (63 %) et la création de postes (52 %).


Autre élément d’enseignement : les actifs semblent rechercher davantage d’indépendance. Pour preuve, 13 % des personnes prêtes à changer d'emploi envisagent de devenir freelance en 2020. Il faut dire que la situation s'y prête puisque 1 entreprise sur 5 pense recourir aux services d'un indépendant dans l'année à venir.


La rémunération : une différence de perception non négligeable


L’étude s’est également intéressée aux conditions de rémunération pratiquées dans l’Hexagone. Bien que la question du salaire soit toujours délicate, 31 % des salariés se considèrent bien payés et 47 % affirment gagner plus de 2 000 € net mensuel (avant imposition). La rémunération n’apparaît donc pas comme le principal levier incitant à changer d'emploi. Un constat qui semble se confirmer puisque 56 % des interrogés s'attendent à être augmentés chaque année. Une revalorisation salariale qui, selon les salariés, se justifie par la qualité du travail réalisée (pour 71 % des sondés), l'augmentation du coût de la vie (46 %) et une charge de travail plus importante (42 %). Les salariés n'ont d'ailleurs pas peur d'en faire la demande, dans la mesure où ils sont 64 % à être à l'origine de la négociation.


Sur le sujet, il existe malgré tout des différences de perception importantes entre les entreprises et les salariés. Ainsi, plus de 8 employeurs sur 10 considèrent que leurs collaborateurs sont bien payés (contre seulement 31 % pour les premiers concernés). Il faut dire que les sociétés ont le sentiment de faire les efforts nécessaires en matière de rémunération. À titre d'exemple, la moitié d'entre elles affirme réaliser des augmentations générales chaque année. Mais ces revalorisations ne doivent cependant rien au hasard ! 70 % des entreprises utilisent en effet des grilles de salaires et justifient les augmentations par certains motifs spécifiques : la qualité du travail réalisé (pour 64 % des entreprises sondées), une promotion (58 %) et un nouveau périmètre de poste (42 %).


En 2020, l’heure est à l’infidélité


Rédiger un CV alors qu'ils ont déjà un emploi, de nombreux salariés devraient y songer. Une raison principale l’explique : la fidélité à l'entreprise ne semble plus vraiment être d'actualité. Toujours selon l'étude réalisée par Hays, 35 % des travailleurs tricolores ne se considèrent plutôt pas ou pas du tout attachés à leur entreprise. Plus parlant encore : 6 actifs sur 10 ne se voient plus dans la même société dans les 2 années qui viennent. A contrario, seulement 16 % des salariés pensent être toujours dans la même entreprise d'ici 10 ans. Conséquence ? 76 % des salariés seraient prêts à quitter leur emploi du jour au lendemain s'ils recevaient une proposition plus intéressante.


Une question se pose donc : comment choisir une entreprise donnant envie d’y être fidèle ? A priori, vous devez sélectionner votre potentiel employeur en fonction de critères qui tendent à améliorer votre sentiment d'appartenance, comme l'intérêt du poste, l'ambiance et les conditions de travail. Et d'ailleurs, vous ne devez pas avoir peur de partir à l'aventure puisque 52 % des entreprises sont prêtes à réembaucher d'anciens collaborateurs. Une raison largement suffisante pour rester à l'écoute du marché, actualiser votre candidature de façon régulière et utiliser un modèle de CV professionnel adapté à votre secteur d’activité. À n’en pas douter, les nouvelles opportunités professionnelles ne tarderont pas à arriver, d’autant plus que les intentions d'embauche pour 2020 n'ont jamais été aussi élevées depuis 2012 selon ManpowerGroup (2).


Besoin d’aide pour mettre à jour votre candidature ? Sur ExpressCV, tout est réuni pour vous permettre d’actualiser vos supports et de décrocher l’emploi de vos rêves : large choix de modèles de CV, conseils de rédaction, outil de rétroplanning, etc.


(1) Etude de rémunération nationale 2020 - Hays et HelloWork - 2020
(2) Baromètre ManpowerGroup des perspectives d'emploi - ManpowerGroup – 2019